Suis-je fait pour avoir un chat ?

Comme le chien, le chat est un animal de compagnie si répandu, si « évident », qu’avant d’en adopter on se pose plein de questions d’ordre pratique (quid du budget ? des odeurs ? des dégradations ? de la cohabitation avec les enfants ou le chien ?). On en oublierait de se poser cette question pourtant essentielle : « Suis-je fait pour avoir un chat ? »

Allons donc ? Parce qu’il faut être fait d’une façon particulière pour avoir un chat ?

Eh bien oui, en quelque sorte. Car un chat a un des comportements et des qualités spécifiques à sa race qui conviennent à certaines personnes et moins à d’autres. Si votre personnalité s’accorde bien avec les spécificités du chat, vous aurez d’autant plus de chances d’établir avec lui une relation d’une grande qualité.

Tout d’abord le chat est casanier. Il aime avoir ses petites habitudes, son train-train quotidien, et il aime être au calme. Le bruit, les cris, les mouvements brusques… tout cela est stressant et le fait fuir. Pour toutes ces raisons on comprend aisément que le chat soit très apprécié des personnes âgées ou à mobilité réduite : leurs styles de vie correspondent.

En outre le chat est indépendant. Cela ne signifie pas qu’il est distant comme on le croit souvent (de nombreux chats sont de vrais pots de colle hyper câlins !), cela signifie plutôt qu’il n’est pas « dépendant ». Il n’a donc pas besoin de votre présence vingt-quatre heures sur vingt-quatre, pas besoin qu’on le promène, pas besoin qu’on l’emmène partout avec soi. Cela fait une très grosse différence avec le chien et c’est un avantage « pratique » énorme. Le chat vit sa vie et sait prendre soin de lui-même en toute autonomie, les corvées sont réduites au minimum.

Être indépendant, cela signifie aussi que la vie du chat n’est pas centrée sur votre personne. Si vous représentez une sorte de dieu pour votre chien, il n’en est rien pour votre chat. Pour lui, la relation que vous entretenez est exempte de toute notion de hiérarchie : il n’y a ni dominant ni dominé, ni maître ni serviteur.

Ce point est essentiel puisqu’il pose la question de ce que vous attendez fondamentalement de votre animal de compagnie. Si vous souhaitez un compagnon obéissant qui vous vénère, que vous pourrez dresser à toutes sortes de tours ou de travaux (chasse, combat, sauvetage, guide, danse, etc.), qui vous suivra avec fidélité sans jamais une plainte, optez sans hésiter pour le chien.

Car le chat exigera de vous que vous le considériez comme un égal, que vous respectiez ses humeurs et sa personnalité. Il n’obéira pas aux ordres, ne vous « servira » à rien, et dans le pire des cas il ira voir ailleurs s’il ne se sent pas bien chez vous. Alors acceptez-le comme il est, ne cherchez pas à le façonner en fonction de quelconques attentes et accueillez l’esprit ouvert ce qu’il vous propose.

Comments are closed.