Et le chat noir ?

Animal fascinant à bien des égards et compagnon discret de nos vies depuis l’Antiquité, le chat a souvent fait l’objet de cultes, notamment sous les traits de la déesse-chatte Bastet de l’Égypte pharaonique.

Étoile, au regard intense et magnétique

Étoile, au regard intense et magnétique

Au Moyen Âge, à cause de ces cultes païens du passé, l’Église Chrétienne a décrété que l’animal était diabolique et que les reflets dans ses yeux étaient les flammes de l’enfer, rien de moins ! Lorsqu’il était noir, c’était le pire : il était considéré comme le Mal incarné, et son aspect extérieur était censé exprimer (prouver ?) la noirceur de son âme maléfique. Dans de telles conditions, pas étonnant que le croiser soit synonyme de malchance !

Mais ça, c’était au Moyen Âge.

Il semble inconcevable que ces sornettes dues à des bigots hargneux et vieilles de 1000 ans aient pu perdurer jusqu’à nos jours. Et pourtant de nombreuses personnes continuent à croire comme à l’époque (et sans plus de fondement) que les chats noirs portent malheur, même si elles n’ont jamais mis les pieds dans une église et ne croient pas au diable.

Le très élégant Hadès

Le très élégant Hadès

Et on constate statistiquement que les chats noirs sont injustement boudés lors des adoptions, et qu’ils restent plus souvent « sur le carreau » que les autres, alors que tous les propriétaires de chat noir vous diront combien ils sont câlins.

Bien entendu ils ne portent pas plus malheur que les chats au pelage blanc, ni que les personnes à la peau noire, que les olives noires ou le chocolat noir !

Au contraire, comme tous les chats de n’importe quelle couleur, ils apportent une présence douce et discrète au foyer, un réconfort chaleureux, des câlins et des ronrons… bref ils portent définitivement bonheur !

Comments are closed.